Phakchok Rinpoche

Dans la série « photos de lamas tels qu’on ne s’y attend pas », après Chökyi Nyima Rinpoche sur sa mini-moto, voilà Phakchok Rinpoche dans son lit :


J’avais l’idée de l’imprimer en grand et de l’afficher au dessus de mon lit, pour m’aider à me lever et à aller méditer le matin ! Je ne l’ai jamais fait : c’est trop bon de dormir !

Lien pour Phachok Rinpoche : http://www.phakchokrinpoche.org/

Papillon bleu

Et si on allait jouer à se perdre au plus profond de la forêt ? On se tiendrait bien fort par la main et on courrait comme ça sans se retourner jusqu’à tout là-bas, dans l’herbe sèche, où on s’écroulerait. Alors les arbres danseront au-dessus de nos têtes et on pariera qui de nous pourrait y grimper.
Hier tu m’as regardé tout droit dans les yeux mais tu ne m’as rien dit. Dans les tiens il y avait un océan de clarté, de brillance et d’espace. Où étais-tu alors ? Un voilier s’approchait de l’horizon, j’ai pensé que je ne voulais pas te perdre mais nous nous sommes effacés peu à peu, nos corps se dissolvant dans une même transparence. Nos contours d’abord, et puis nous n’étions plus que lumière. Emportée, j’ai ri : il n’y a rien à perdre ! Encore plus fort : personne pour avoir peur !
Nous étions tout, aussi, chez nous.
Tu me regardais toujours. Nous nous sommes assis sur le plancher alors que dehors, dans la nuit qui tombait, les étoiles une à une s’allumaient.
Demain, dans la forêt, un papillon bleu nous montrera le chemin du retour.

J’ai écrit ce petit texte cet après-midi. Il n’a rien à voir avec les paroles d’Alex Turner, je trouvais juste qu’ils allaient bien ensemble. Et puis j’aime bien ce morceau en ce moment, c’est tout.
Et vous ?

Mieux vaut être belle et rebelle que moche et remoche

Ce qui est malheureux c’est qu’on a beau dire et entendre « tous pourris », « tous corrompus ! », inconsciemment, dans la tête de beaucoup, nos dirigeants sont là pour nous aider, les lois votées pour nos protéger…

Ha ! Ce serait trop beau, voyons !
Lire la suite